“Uplace vous fait peur? Nous regorgeons d’atouts!”

Katleen Den Roover, échevine de l’économie à Malines

Katleen Den Roover, échevine de l’économie à Malines

Un award en tant que deuxième ville la plus orientée clients du pays. La ville connaissant le taux d’inoccupation le plus bas au niveau de ses commerces, après Gand et Bruges. L’éminent quotidien britannique The Financial Times qui voit Malines comme l’une des plus petites villes du futur. La forte baisse des chiffres de la criminalité. Bref, Malines a de quoi être fière, mais la ville ne compte pas se reposer sur ses lauriers. Cela s’expliquerait-il par (la crainte de) l’arrivée prochaine d’Uplace? “Nous avons de nombreux autres atouts, vous savez. Et nous comptons bien les faire valoir”, affirment à l’unisson Katleen Den Roover, échevine de l’économie, Anneke Verbelen, coordinatrice du projet Mechelen Winkelstad et Leo Lenaerts, président de l’Unizo à Malines et du Bruulcomité.


Anneke Verbelen: “Nous avons annoncé un plan d’action se composant de différents éléments. Nombreux parmi ceux-ci sont en cours de développement, voire déjà mis en œuvre, pour certains. Le premier consistait en la délimitation d’un noyau commerçant qui servirait de base à l’établissement d’un plan stratégique. Le fait est que le commerce de détail connaît de profonds changements, notamment avec l’e-commerce.”
Katleen Den Roover: “Malines doit écrire son histoire à son échelle et devenir un concept global rassemblant et exploitant tous ses atouts. Nous réaliserons encore davantage de city marketing à l’avenir, non seulement via notre site Internet, mais aussi sur les réseaux sociaux.”

Ce qui fait couler beaucoup d’encre, c’est l’éventuelle arrivée d’Uplace, à un jet de pierre de Malines, à deux pas de Vilvorde. C’est la panique à Malines? Leo Lenaerts: “Malines se trouve dans la zone de chalandise d’Uplace. Pfff… En définitive, nous pouvons faire certaines choses pour contrer cela. Nous devons rester fermes, et continuer à faire en sorte que le shopping à Malines reste une véritable expérience en soi. Une ville offre un mix de différents piliers: habitat et travail, culture et tourisme, sans oublier le commerce. Si l’on retire un de ces piliers, la ville risque de tomber en déclin. Un projet colossal tel qu’Uplace ne peut pas se targuer d’offrir un tel mix, n’est-ce pas?”