L’atout d’Alost? Son centre en forme d’étoile!

Katrien Beulens, échevine de l’Économie sociale et locale, des Foires et de l’Agriculture

Katrien Beulens, échevine de l’Économie sociale et locale, des Foires et de l’Agriculture

Quand on parle d’Alost, en Flandre orientale, on pense directement au carnaval. Mais Alost, c’est bien entendu bien plus que des carnavalistes. De nombreux efforts ont été consentis pour embellir le centre. Un savant mélange de commerces et d’établissements Horeca permet d’ancrer solidement les ventes et de véhiculer une belle image de la ville dans la région. Mais il reste bien entendu un peu de pain sur la planche…

Le centre-ville totalise une surface commerciale de 58 415 m². Mais la concurrence est rude, comme le long de la Gentsesteenweg et de la Vijfhuizen (quelque 17 000 m²), de la Brusselsesteenweg (env. 8 000 m²) et du R41 Ring Est (6 000 m²). Qui plus est, un parc de détail de 15 000 m² est en plein développement sur la rive gauche de la Dendre, sur l’ancien site Tragel. On y attend notamment Aldi, Blokker, Leen Bakker et peut-être aussi Decathlon. Le site accueillera également des logements et le nouveau temple du basket-ball de l’Aalstar Okapi.

Menace?
Si ce nouvel espace commercial sur le site Tragel ne constitue pas une menace pour le centre? Non, tout de même pas, Katrien Beulens (CD&V), échevine de l’Économie sociale et locale, des Foires et de l’Agriculture, en est convaincue. “Cela ne devrait pas représenter un problème pour le centre”, dit-elle. “Et si le Tragel entraîne des délocalisations, il s’agira de commerces qui sont déjà situés en périphérie. Je ne vois pas qui pourrait déserter le centre.” Freek Van Neck, président de l’Unizo à Alost est totalement d’accord avec cette dernière. “Une étude est actuellement en cours et consiste à examiner comment inciter les clients du Tragel à regagner le centre, ce qui est déjà tout à fait réalisable à pied ou en vélo.”

De chouettes magasins
Le cœur commerçant est toujours apparu en forme d’étoile, avec le Grote Markt d’où partent les différentes rues commerçantes que sont les Nieuw-, Katte-, Lange Zout- et Molenstraat. Mais la crainte est de plus en plus que le centre adopte la forme d’un ‘V’ dessiné par la Kattestraat, le Grote Markt et la Nieuwstraat. (Il ne faut pas oublier la galerie marchande Pieter Van Aelst qui compte 27 commerces et établit un lien entre la Kattestraat et la Nieuwstraat.) Un ‘V’? Katrien Beulens ne pense pas que ce sera le cas. “Il suffit de voir comment la Molenstraat est de nouveau occupée à se densifier considérablement, et souvent avec de très chouettes boutiques. Là aussi, il y a une association de commerçants très active, prenant de nombreuses initiatives. Les rues commerçantes doivent fortement miser sur l’expérience.”

Et pour l’avenir?
Les forces d’Alost? Katrien Beulens: “En tant que ville-centre, Alost offre certainement un avenir au commerce de détail, surtout s’il y a quelque chose de neuf à expérimenter.” Freek Van Neck: “Sa situation entre Bruxelles et Gand. Son accessibilité. Ses nombreuses associations. La solidarité alostoise.” Si la fidélité des consommateurs et la zone de distribution ne sont pas des atouts? “Certainement”, reconnaît Freek Van Neck. “Mais cette zone pourrait être plus grande, afin que les gens de Wetteren finissent par se diriger plus facilement vers Alost que vers Gand.”
“En tant qu’Alostois pure souche, je ne serai pas en mesure de vous citer des points faibles”, poursuit Freek Van Neck en souriant. “Peut-être que l’inoccupation en est un et que le centre devrait légèrement se concentrer.” Katrien Beulens: “Peut-être souffrons-nous encore de cette idée: ‘Ce n’est qu’Alost, hein!’. Nous pâtissons encore un peu d’une image désuète. Mais les choses sont bel et bien en train de changer.”

Vous voulez en savoir plus sur Alost ? Souscrivez donc un abonnement à RetailUpdate ! Envoyez votre demande à info@retailupdate.be avec la mention ‘Alost.